Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 10:11

Juillet 2016, ça fait un moment qu'avec Damien on pense à se faire une virée pêche à l'étranger. Bien entendu, on partirait en équipe avec Jérôme. On contacte alors Vincent DE BRUYNE, guide de pêche de renommée internationale, voir mondiale !!!, qui baroude depuis pas mal de temps à travers la planète. Il sera de bon conseil. Il nous met en relation avec Dominique de DHD Laïka, et vu la période à laquelle on souhaite partir, c'est à dire janvier 2017, notre choix s'arrête sur le centre de pêche Buena Vista Fishing au Costa Rica. Vincent viendra avec nous, et il passe un moment avec Damien pour décider de la date exacte de notre départ, en prenant en compte la lune et les coefficients de marée afin de mettre un maximum de chances de notre coté. Nous serons sur place durant sept jours : six de pêche et une journée de repos. Manque de bol, notre départ coïnciderait avec le salon de Clermont. On a quand même un moment d'hésitation - au moins un dixième de seconde - pis en fait, rien à foutre !!! On va aller au soleil combattre des poissons inconnus !!!

Les quelques mois avant notre départ nous permettent de commander cannes, moulinets et leurres afin de pouvoir faire face à toutes sortes de conditions une fois sur place. Et juste avant de partir, on pèse les valises afin de ne pas être excédentaires au niveau du poids.

Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso

Après avoir fermé le magasin pour dix jours, nous nous retrouvons donc le dimanche 15 janvier à 6h00 à Orly, et notre périple débute par un vol de deux heures vers Madrid. Puis, après un transfert de terminal sur place, on s'envole de nouveau pour 11h, direction San José, Costa Rica, Amérique Centrale.

Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Concentration extrême
Concentration extrême

Concentration extrême

Avec le jeu des décalages horaire, on atterrit au soleil peu après 16h.

Bienvenido al paraíso

Il nous reste à parcourir 250km en minibus, sur la magnifique route Costaricienne. Car vu le monde qui circule sur cette route, il n'y en a forcément qu'une seule... Les 4x4 sont légions, et, à ma grande surprise, le tuning à l'air d'avoir pas mal la cote ici !!! On apprendra par la suite que nous sommes arrivés durant la fête de Santa Cruz, d'ou la circulation impressionnante. La nuit tombant vers 18h, on ne verra guère le paysage. On s'arrête manger dans un petit resto, un parmi les dizaines le long de la route. Dire que ces dernières sont un peu "tape-cul" est un euphémisme. Et à quelques poignées de kilomètres de Samara, on quitte le bitume définitivement pour la piste. Cela ne réveille même pas Vincent... Enfin vers 22h, on arrive à bon port.

Christian CHATARD, le boss de Buena Vista Fishing - et qui sera notre guide toute la semaine - descend nous accueillir à l'entrée du "centre". Une magnifique propriété au cœur de la forêt, à l'écart de la ville et à dix minutes à pied de la plage de Buena Vista. Ma première action est d'enfiler un short et mes tongs. Ça y est, c'est les vacances !!!

Normalement, le lendemain est prévu pour récupérer du décalage horaire et pour préparer le matériel. Mais après en avoir parlé avant de partir avec Vincent, ce dernier avait contacté Christian pour qu'il essaye de nous organiser notre première sortie dès le premier jour. Nous avons donc confirmation que le lendemain, on sortira vite fait dès le repas de midi avalé. Rendez-vous est donc pris pour le petit déj. Une fois Christian rentré chez lui, nous voyons arriver l'équipe formée par Erwan et Patrick, deux joyeux lurons bretons, fins pêcheurs de carpes rouges Gabonaises, qui sont là depuis une semaine. Ils nous font vite fait un briefing, et celui-ci n'est pas forcément hyper séduisant au premier abord. Seulement trois petits poissons coqs en une semaine, alors que le secteur est spécialement réputé pour ces derniers. Mais ils ont fait une grosse journée carangues avec une quarantaine de poissons entre 5 et 10kg, un thon et quelques mérous. On se couche vers 23h des rêves plein la tête.

Notre grosse nuit de récupération espérée n'aura pas lieu. Les cris des singes hurleurs dans la forêt qui nous entoure et la chaleur - plus de 20° la nuit - me réveillent vers 5h, et voyant Jérôme lui aussi les yeux ouverts, je lui propose une petite virée à pied jusqu'au bord du Pacifique afin de voir le soleil se lever. Sur le trajet, un hurlement dans le bois sur notre droite nous fait sourire, et j'amorce un demi tour stratégique qui nous fait marrer : on se croirait dans Jurassic Park...

Le lever de soleil est magique, on a une pensée pour nos familles restées dans le froid polaire, alors qu'on est déjà en tongs... La nature ici est magnifique, et le temps de rentrer au camp vers 7h00, on a pu voir de nombreuses espèces d'animaux : pagures, rapaces, pélicans, papillons gros comme une main et autres. On est passé sans le savoir à coté d'un super spot à crocos... Niveau végétation aussi le dépaysement est total. Mon fils adorerait ce pays !!! A peine une heure qu'on vit au soleil, et on ne sait déjà plus ou donner de la tête...

Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Urubu Noir

Urubu Noir

Singe Hurleur

Singe Hurleur

Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Copain de chambrée...

Copain de chambrée...

Notre maison vue de la terrasse de nos hôtes

Notre maison vue de la terrasse de nos hôtes

Voilà, direction le petit déj - délicieux et traditionnel, préparé par Clarissa, la femme de Christian, tous deux de fins cuisiniers - ou on rejoint les bretons qui ont une journée off. On a bien fait de faire un peu de cardio avant de partir, car il faut escalader la montagne pour arriver chez eux. Patrick, qui était parti peu après nous à pied, a pêché du bord au lever du jour et a pris cinq petites carangues. Christian nous redemande ce que l'on souhaite faire ce jour, et on arrive à décaler notre départ à 10h. Dans deux heures, et les cannes et les leurres ne sont pas montés... Et Clarissa apprend qu'elle doit nous préparer notre repas du midi pour partir rapidement... A peine arrivés qu'on fout déjà la merde dans le timing...

Bref, on est vite en action, et deux grosses poignées de poppers sont préparés pour aller faire un tour aux carangues. Les cannes et moulinets accouplés, et les bas de lignes montés !!! On est chaud patate !!! Pour le petit coté matos, on est équipé chacun d'une canne Illex Yellow Surfer 30lbs avec un moulinet Shimano Twinpower SW 5000, tresse Power Pro 4 brins 23/100, ainsi que d'une canne Illex Waiefu Blue Blaster 50lbs avec un moulinet Shimano Stella SW 14000, tresse Power Pro 4 brins 36/100. Ce sera un vrai plaisir toute la semaine de se faire torturer sur des cannes puissantes juste comme il faut, et donc légères.

Vue sur le Pacifique depuis la même terrasse

Vue sur le Pacifique depuis la même terrasse

Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso

A 10h30, le 4x4 Toyota est chargé, et on emprunte la piste direction Samara pour la première fois. La traversée du Rio Buena Vista donne des airs de Dakar à ce périple. On croisera iguanes et ibis blanc sur ce Rio, mais on loupera les crocos, présents dans toutes les rivières. Arrivés sur la Playa Samara, on charge rapidement notre bateau, et zou, direction le paradis !!! Beto, le capitaine du Nicole, deuxième bateau de Christian, nous accompagne aussi pour cette première.

Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso

Cette sortie est peu productive en poissons, mais nous permet, au moins à Jérôme et moi, de nous familiariser avec le maniement des cannes, l'animation des leurres, à quatre pêcheurs sur un bateau en mer. Pas si simple qu'il y paraissait, mais l'océan est clément avec nous. Et le sera presque toute la semaine. Damien fera quand même monter un petit banc de carangues grises derrière son popper, et il va enchainer rapidement quelques touches. Après deux décroches, la plus grosse du séjour lui fera un combat qui ressemble à ce qu'on nous vend sur les vidéos des copains. On touche à notre tour à notre part du rêve !!! Puis fini, le groupe de poissons disparaît. Jérôme quant à lui se fera maltraiter par une bonite, pas préparé mentalement à subir la pression d'un si petit poisson... La taille d'une belle perche dopée aux amphétamines... Vincent nous prodigue de nombreux conseils entremêlés de conneries plus grosses que lui. Christian entend parler pour la première fois, mais pas la dernière, d'une certaine Mireille et de son anatomie, sensée nous accompagnée. Une sorte de gourou invisible que Vincent, Damien et Jérôme ne cessent d'invoquer. Le décalage horaire leur fait à priori un sale effet. J'aurai parait-il un facteur chance qui m'accompagne, hors du commun. ça fait chier, les copains qui ne savent pas reconnaitre le talent. Je demande quand même par courtoisie à notre capitaine si il y a des poissons qu'il n'a jamais pris ici, histoire qu'on lui fasse voir... ça chambre de partout et si les poissons ne sont pas encore en grosse activité, nous si. Bref, l'équipe se met en place, ça sent bon !!! Damien lui, pose sa canne Yapadsous contraint et forcé, elle a tout simplement explosé lors d'un lancer...

Sur le retour, un groupe de dauphins vient croiser, de manière éphémère, notre route. On rajoute à ça nos premières tortues qui se baladent de ci de là, et les premières raies qui passent leur temps à jumper hors de l'eau, et on rentre avec une seule hâte, se lever le lendemain pour repartir en mer.

Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso

A 16h30, nous sommes de retour à domicile. Rendez-vous deux heures plus tard chez Christian pour l'apéro et le diner. En attendant, révision et nettoyage du matos et des hommes, trempette dans la piscine et discussion avec nos amis les bretons. On remonte une paire de leurres et le fil rouge de la soirée sera de chercher les sticks Gunz que Damien avait savamment caché dans une pochette de moulinet le matin en se dépêchant de ranger avant de partir.

Comme tous les soirs de cette semaine, l'apéro/entrée est royal et nous sommes accompagnés par une bande de raton-laveurs qui viennent quémander une part du festin. Ça parle pêche, forcément et devant tous ces déballages d'histoires de gros poissons qui maltraitent les bras, j'arrive, tout en délicatesse, à glisser mon anecdote sur la prise d'une brème de 80cm... Le reste du repas se poursuit avec le même entrain, et à l'occasion, nous goûtons un petit rhum 23 ans d'âge du Guatemala en digestif. Puis, 21h, tout le monde au lit, demain, y'a pêche !!!

Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso

Le lendemain matin, petit déj 5h30. Puis le rituel est vite en place. On charge le matos dans le 4x4, idem pour Erwan, Patrick et le nouveau venu Jean-Luc - le beau gosse globe trotter - dans le 4x4 de Clarissa, et tout le monde part mettre à l'eau. On monte dans le bateau avec l'aide de notre matelot pour la semaine - Bing - et Christian nous annonce que les plans du jour ont radicalement changé. Une grosse mancha de gallos - banc de poissons coqs - a été repéré la veille, et bien qu'ils ne soient pas très actifs, les deux bateaux - Beto et les bretons dans le Nicole et nous dans le Buena Vista - partent sur place. On lui dit que c'est lui le boss, et qu'on lui fait confiance. Un petit "mi bateau es tu bateau" le calme pour la journée... Et c'est parti pour le paradis !!!

La côte est magnifique, la crème solaire vite appliquée - quand on voit Bing en mettre dès 7h du mat, on se doute qu'avec notre peau en forme hivernale, on ferait bien d'en mettre aussi - et une fois sur place, y'a plus qu'à !!! Jérôme enchaîne de suite trois décroches sur des orphies, puis c'est le calme plat durant deux heures. Une carangue pour l'autre bateau, la pêche a l'air un brin compliqué quand même. On fini par partir au large jigger sur une pierre quand Beto appelle Christian au téléphone. Il y a des coqs en bordure sur un petit secteur. Nous avons vite fait de les rejoindre, et alors que les lancés commencent à succéder aux lancés, Damien prévient Jérôme que son leurre est suivi, au moment même ou celui-ci prend une grosse touche. Bing annonce un "grande gallo", et effectivement, Jérôme prend le premier gros coq du séjour.

Au top pour son premier gallo !!!
Au top pour son premier gallo !!!
Au top pour son premier gallo !!!

Au top pour son premier gallo !!!

La séance photo terminée, on a les yeux qui brillent. Le Nicole met alors les gaz à fond à quelques dizaines de mètres de nous. La partie de pêche est définitivement lancée. A 400m de nous, l'eau bouillonne, une chasse immense est en cours et les frégates, absentes du ciel quelques minutes auparavant plongent dans tous les sens. C'est incroyable. Des crêtes de coqs crèvent la surface de partout, les carangues sont aussi de la partie, mais, lorsqu'on arrive, la chasse est redescendue. Nos leurres fusent, la chasse reprend, et là, débute un festival qui va durer quelques heures. Des suivis pour tout le monde, des gros combats, des décroches, des belles prises, des doublés, Jérôme qui prend une frégate, des chasses qui tombent et qui réapparaissent à quelques distances. L'excitation est à son comble, c'est l'éclate totale. Magique de voir trente jolis coqs retourner un tout petit morceau d'océan, et d'être là pour mettre nos leurres au dessus de leurs nez... Les voir se battre à quatre ou cinq pour gober la cuiller Ranger le premier, avec ces crêtes qui fusent en surface. Vincent, après coup, nous explique que c'est quand même pas comme ça tout le temps en mer, et qu'on a vu un spectacle superbe. En tout cas, plus personne n'est capot à bord !!! Et j'espère bien que si, que c'est tout le temps comme ça en mer !!! C'est ça qu'on veut voir !!!

A midi, comme tous ceux qui suivront, Bing nous sort chacun un Tupperware de derrière les fagots préparé par Clarisse et découpe ensuite un ananas vivant à grand coup de machette. On se fera surprendre plusieurs fois dans la semaine par des chasses en plein repas, ce qui provoque des abandons de fourchettes un peu partout à bord. Bing veille également toute la journée à ce qu'on soit bien hydratés. Royal au bar. Notre seul souci : lancer des leurres sur des poissons affamés !!! De temps à autre, je pose la canne, m'assoie, et profite du cadre. La côte est magnifique, j'en prends plein les yeux.

Même si l'après midi est stérile, on rentre avec la sensation d'en avoir pleinement profité. Bien vu Christian le petit changement du programme du matin !!! On se rend vite compte qu'en tant que local de l'étape, il est au top !!! Lui il surveille les frégates et pélicans et nous positionne sur les chasses, nous on pêche. Vincent a lui aussi pris un très joli coq malgré son faible temps de pêche puisqu'il a passé son temps à nous encourager, nous conseiller et à gérer la caméra et l'appareil photo. Je fais ma première carangue ainsi que Jérôme, Damien ses deux premiers coqs également et trois carangues. Beaucoup de décroches pour Jérôme et moi car on n'a pas appuyé assez nos ferrages... On décroche huit coqs ce jour là à deux... Malgré ces déboires, la coupe est pleine et en rentrant on demande à Christian si on peut partir un peu plus tôt le lendemain... Comme une intuition qu'il y a sûrement un coup à faire...

Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Son surnom : Frappe qu'un coup !!! Un lancer sur la journée, pendant une période d'accalmie, et c'est pendu !!!
Son surnom : Frappe qu'un coup !!! Un lancer sur la journée, pendant une période d'accalmie, et c'est pendu !!!

Son surnom : Frappe qu'un coup !!! Un lancer sur la journée, pendant une période d'accalmie, et c'est pendu !!!

On retiendra que la vitesse du coq est vraiment impressionnante. C'est un plaisir de le combattre en pleine eau. Il ne cherche pas les obstacles, et se contente de vouloir vider les bobines. Des rushs spectaculaires, ça envoie du rêve ce poisson !!! Par contre, c'est extrêmement fragile, et pour faire une séance photo, il faut être prêt avant son arrivée à bord pour le relâcher au plus vite. Rapidement, nous nous contenterons de photographier seulement les plus gros. Mais même les petits sont magnifiques !!! Au retour, nous verrons un bel iguane lors du passage du rio, ainsi qu'un ibis blanc et un caracara du nord. Une merveille ce coin de monde !!! Pour continuer dans la lignée, lors de notre passage dans la piscine, ou on pense quelques secondes aux copains qui se les gèlent en France, on se rend compte que le mur de notre maison est farci de chauve-souris...

Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso

Nos collègues de pêche ont fait moins de coqs aujourd'hui, mais quelques carangues et une carpe rouge ont croisé leur route. L'ambiance est détendue à l'apéro après avoir vu toute cette activité. On se charge mutuellement, on se traite affectueusement de connards, tradition Bretonne et Picarde, bref, tout se passe pour le mieux entre deux envoies de photos aux familles grâce au wifi accessible dans la maison de Christian. Celui-ci nous explique qu'avec six coqs au compteur, cette journée fait partie des grosses journées !!! De temps à autre, il se fait une journée à 8/10 coqs, mais c'est rare. Le record du centre est lui à 33 coqs en 3 jours à deux bateaux. Et Vincent apprend que finalement, Erwan serait son père !!! Si ça c'est pas du bol de découvrir un tel lien de parenté à l'apéro... Nicole, la fille de Clarisse et Christian, qui assure le service de manière remarquable afin de se payer son téléphone, apprend à confectionner le Ti-Punch. Je l'ai peut-être déjà dit : Royal au bar !!!

Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso

 Christian nous confirme que le lendemain matin, réveille plus tôt, petit déj à 5h00 !!! Banzaïïïïïïï !!! Le sommeil est ce soir un tantinet dur à trouver suite aux ronflements sonores de Jéjé. Je me venge en le réveillant avec les miens bien avant l'heure prévue... Le petit déj est vite expédié, et nous arrivons donc sur zone demi-heure plus tôt.

Bienvenido al paraíso
Erwan est chaud ce matin et nous a promis qu'ils nous mettraient la misère aujourd'hui !!!

Erwan est chaud ce matin et nous a promis qu'ils nous mettraient la misère aujourd'hui !!!

Damien fait de suite un maquereau espagnol de toute beauté, et les loupés au ferrage s'enchainent rapidement sur le bateau. Puis comme la veille, on passe quelques heures sans voir la moindre action. Mais tout étant une histoire de marée, on attend avec impatience la disparition de la lune qui est encore haute dans le ciel.

Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso

Puis d'un coup, au loin, Christian et Bing repère des pélicans en train de tomber sur un banc. Les deux bateaux mettent les moteurs en route, et on sent l'excitation monter à bord le temps d'arriver sur cette immense chasse. Je prends de suite mon premier coq, un petit piqué entre les deux yeux, puis les suivis s'enchainent sans provoquer de touche. Depuis la veille, Christian nous conseille d'essayer de pêcher avec un petit casting jig. Mais nous n'avons pas encore passé le pas. D'ailleurs, à priori, en 15 ans de guidage sur les côtes Costariciennes, personne n'a passé sérieusement ce pas sur ses bateaux. Suite aux trop nombreux suivis sans touche, Vince en met un - proto de la nouveauté Illex 2017 - et le voilà pendu dès le premier lancer, sous le moteur du bateau. Alors que je suis aussi attelé à un gallo, Damien, qui avait prévu le coup et en avait glissé quelques uns dans les valises "au cas où", passe aussi sur cet armement, et le voilà pendu à son tour. Une fois mon poisson relâché, j'y passe aussi. Mon leurre à peine tombé dans la chasse est gobé par un poisson qui me met la misère. Vince annonce un gros coq, et je baisse la pression sur le poisson, de peur de le décrocher. Après un combat tout en force, qui nous fait louper une magnifique chasse plus loin, je monte à bord une carangue sympa pour ce secteur. Je me fais chambrer, forcément, le combat s'étant légèrement éternisé... Bref, je relance mon jig, et suis de suite rependu. Un coq nous fait l'honneur de monter à bord, et le temps de faire la photo le moteur est lancé à la poursuite des pélicans et autres frégates qui tournent au loin, et des bretons qui sont déjà sur place !!!

Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso

Suite à ça, la journée va se poursuivre sur le même rythme. Nous multiplions les touches sans gros temps mort, chasse ou pas chasse, multipliant les doublés et les triplés à bord. On a loupé le quadruplé...d'une décroche... Les compteurs s'affolent, et Christian en perd les comptes exacts, sauf pour les coqs... Les go-pro sont en marche quasi continuelle, et on videra trois batteries sur cette journée... Nous décrocherons un nombre plutôt important de poissons - Jéjé passe le début de la matinée la tête basse sur l'avant du bateau tellement il les enchaine - mais le nombre de touche ce jour là nous permet de monter au bateau trente poissons coqs - record du centre effondré sur une journée, les bretons en prenant eux une dizaine - et une bonne dizaine de carangues dont une rayée pour Damien. Les spanishs maquerel auront fait leur fête à Jéjé et Dams, leur coupant plusieurs bas de ligne, mais huit d'entre eux viendront les voir. Cerise sur le gâteau, j'avais demandé deux jours avant à Christian, souvenez-vous, s'il y avait des poissons qu'il n'avait jamais vu dans le coin... Et ce qui devait arriver, arriva... Sur une nouvelle touche, le combat est un peu moins rapide que d'habitude, comme une carangue. Le poisson monte en surface le long du bateau et je vois alors Christian pousser des cris et s'exciter, lui qui est plutôt très calme. Il annonce un robalo. Qu'est ce que c'est donc ??? Le premier en 15 ans qu'il nous dit !!! Normal puisque 100% de ses clients pêchent en surface. Je passe à l'arrière du bateau et découvre mon poisson, un snook de 97cm. A priori pas mal pour l'espèce. Comme faire un sandre de 97 quoi... Même Vincent n'en revient pas. Bon ben...cool alors !!! La séance photo est joyeuse, puis une demi-heure après, Vince fait lui aussi un superbe snook de 90. Le premier depuis...trente minutes... Ben tu vois Christian, y'en a des robalos ici !!! Suffisait de demander !!! Et je vois pas ce que Mireille vient faire là-dedans.

Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso

Puis un peu avant la fin du chrono du jour, Vince fait une jolie carpe rouge. On avait tous ce poisson pour objectif en venant, et il me dit qu'aujourd'hui, vu qu'on a doublé tous les deux un snook, je vais pas tarder à faire ma rouge aussi. Et 1/4 d'heure plus tard, c'est fait, je tiens ma rouge également !!! Merci Vince, même si ta théorie du contraire n'a pas marché là...

Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso

Une journée entre 50 et 60 poissons au bateau - ben oui, il y a eu aussi quelques bonites - qui restera à jamais gravée dans nos mémoires. On a fait 10000km en espérant la vivre, et voilà, c'est fait. Au passage, Jérôme a trouvé le temps de me glisser un hameçon sous l'ongle, toujours agréable. Merci Jéjé !!! Faut dire que Damien venait juste de trouver assez de place pour qu'on soit trois à pêcher sur la pointe du bateau... Tout compte fait, je suis descendu. Trop de risques...

Quelques photos de cette journée incroyable.

Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Joli combat et grande gallo pour Damien également !!!
Joli combat et grande gallo pour Damien également !!!

Joli combat et grande gallo pour Damien également !!!

Au retour, nous avons droit à une spéciale du Dakar entre Clarissa et Christian lors du passage du Rio, qui nous éclate. D'ailleurs, je me demande si les lunettes à Damien ont pas fini éclatées au plafond à ce moment-là... La baignade est de nouveau la bienvenue après cette journée à treuiller du poisson. Et Damien en profite pour s'arracher un orteil en essayant de combattre une marche en béton. Jérôme ayant fait traversée l'océan à des compresses et du désinfectant, Damien se répare tout seul, avec l'aide de son couteau. Un croisement entre le Dr House et Dexter...

Bienvenido al paraíso

Le lendemain matin, on part confiants, forcément... Mais petit changement météo, il n'y a plus du tout de vent. La recherche de l'ombre sur le bateau va être régulière pour chacun de nous.

Chargement des bateaux, dernière occasion de se chambrer les uns les autres avant de partir !!!
Chargement des bateaux, dernière occasion de se chambrer les uns les autres avant de partir !!!
Chargement des bateaux, dernière occasion de se chambrer les uns les autres avant de partir !!!

Chargement des bateaux, dernière occasion de se chambrer les uns les autres avant de partir !!!

Bienvenido al paraíso

Lors de notre arrivée sur le secteur, on aperçoit pour la première fois deux autres bateaux. Fait chier. Les premières chasses ont rapidement lieu, et si Damien fait rapidement ses premiers coqs, nous, on enquille des poissons un peu moins gros. Bonites, bonefishs, pageots et même un bébé mérou pour moi. Genre 10cm... Alors que je gratte le fond au jig, je prends une jolie frappe. Ferrage bien appuyé, mais la canne cintre, et à l'autre bout, ça bouge à peine. Vincent me regarde et m'annonce un gros poisson. Je pompe sérieusement, pas de rush, ça vient vers nous, en gardant le fond. Une fois à l'aplomb, le poisson me fait faire un tour et demi du bateau, à son rythme, et se décroche... Nooonnnnnnnnn...

Mais ces nouveaux bateaux cassent la pêche. Si nous, on se positionne extérieur des chasses pour lancer dedans, ces cons, eux, spécialistes de la pêche à la mouche en mer, à cinq dans une petite coque, coupent et recoupent les chasses en plein milieu car ils ne lancent pas à plus de 5m de leur bateau. Résultats, les chasses retombent très très vite, et finissent par disparaître. La pêche se complique et on passe une matinée très calme sous les assauts d'un soleil qui donne tout ce qu'il a. Notre stock de crème solaire descend rapidement. Peu avant midi, je prends une touche anodine, mais lors de l'arrivée du poisson au bateau, de nouveau explosion de joie et d'expressions locales comme "Ah la puta" - expression espagnol intraduisible en français - lors de la montée d'un nouveau robalo dans le bateau !!! Comme on dit, jamais deux sans trois !!!

Bienvenido al paraíso

Puis, en début d'après midi, l'activité en surface reprend légèrement. Jusqu'à notre départ, les suivis de coqs vont s'enchainer sur chaque dérive mais seul Damien va sortir son épingle du jeu et finir la journée avec six coqs. Lors d'une jolie chasse, dans la précipitation de lancer dedans, je rencontre un adversaire de taille : le taud du bateau. Ma canne n'y résiste pas, et sous le choc, mon dos se crispe et je me retrouve assis dans le bateau à essayer de calmer la douleur. Chaque lancé est un calvaire, et malgré les médocs, il me faudra attendre la dernière demi-heure de pêche pour que je puisse faire deux ou trois lancés d'affilés. Christian a fini par retrouver les poissons, et à chaque lancé ou presque, on a des suivis et des loupés ou décrochés. Ne pêchant généralement pas, notre guide nous refait la même que deux jours avant. Une paire de lancés, et deux poissons d'affilés : une carangue et un coq. Ça remotive tout le monde, pour la dernière heure. On termine la journée avec dix coqs au compteur, et les bretons eux, avec une douzaine. Un petit serpent jaune et noir croise notre route et notre guide nous apprend que son venin est mortel pour l'homme. Sale bête !!!

Encore une belle journée sous le soleil du Costa Rica !!! Sur le retour, petit arrêt pour jigger sur une pierre. Je prends une tape au Gunz, puis c'est tout. Fin de partie, direction la plage de Samara.

Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso

Nous passons une partie de l'apéro à discuter de notre programme de fin de semaine avec Christian. Il nous reste trois jours et même si le secteur que l'on vient de pêcher est magnifique, on souhaite aller voir ailleurs, découvrir de nouveaux paysages, chercher des carangues un peu plus grosses et prendre une journée pour essayer de prendre un poisson à rostre au large. Dans les deux cas, Christian n'est pas hyper confiant. Pêcher ailleurs sur la côte, c'est risquer de ne pas trouver beaucoup de poissons, et prendre une journée pour pêcher au large, c'est risquer le capot car les échos sont très mauvais en ce moment. Mais on est têtus et prêts à perdre une journée vu le nombre de poissons qu'on vient de prendre. Donc le programme est entériné : demain, retour sur le secteur de notre première sortie, avant dernier jour au large et pour finir, retour sur la zone chaude, en espérant que les poissons y seront toujours.

Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso

Pour ce cinquième jour, notre objectif est donc de prendre des carangues un peu plus grosses que celles des derniers jours. Les cannes de 50lbs sont sorties, et les poppers montés. Le début de la partie de pêche débute par du jiggage sur pierres. Au bout de deux heures sans touche malgré de jolis bancs de poissons au fond, on demande à Christian si on peut bouger pêcher en surface. Il acquiesce, toujours calme et sérieux entre deux vannes, et démarre le moteur. Aussi sec, il envoie les gaz et nous annonce des baleines sur la côte. On cherche des yeux, et effectivement, on voit une baleine au loin. Tout simplement magique. Le temps d'arriver, elle a plongé et disparu. Mais Christian, qui les connait bien, se met à la bonne vitesse dans la bonne direction, et nous assure qu'on va pas tarder à la revoir. Passer un quart d'heure à scruter la surface et rien ne réapparaissant, décision est prise de repartir à la pêche. Mais il remet les gaz à fond en nous annonçant les baleines au loin. Terrible !!! Appareil photo et go-pro tournent, et deux baleines finissent par plonger à une vingtaine de mètres de nous. Un spectacle envoûtant avec des animaux immenses. Mireille était dans la place !!!

Bienvenido al paraíso
A la recherche des baleines perdues...

A la recherche des baleines perdues...

Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso

Suite à ce moment inoubliable, on part traquer les carangues. Le temps passe, les poissons restent absents. Puis Damien annonce qu'il est suivi, et en loupe une au ferrage. Je lance de l'autre coté du bateau, commence à popper, et subit une attaque bien violente. Pendu !!! Le combat est sympa, et le premier poisson du jour prend la pose.

Bienvenido al paraíso

Puis le paysage défile devant nous, toujours aussi beau, mais les poissons eux, restent invisibles. Quelques chasses apparaissent d'un coup, on fonce dessus, on pêche dedans, mais on décroche - quand on les accroche - tous les coqs touchés... Vincent sort son leurre de la gueule d'un gros gallo. Frustration extrême. Puis de nouveau le calme plat en pêchant la bordure et les rochers. Après deux loupés au ferrage, je pose la canne et décide d'utiliser la méthode Vincent : je pêcherai dès que les copains auront trouvé des fishs actifs. En attendant, appareil photo !!!

Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso

Christian me voyant ne pas pêcher, dit à Bing de commencer le service. Donc je commence à manger un peu avant les autres. Alors que je pose mes couverts, eux sont en plein repas. Et c'est à ce moment que les chasses vont réapparaitre. Je suis donc prêt de suite, et dès mon premier lancé, je me retrouve attelé à une carangue. Vincent combat une petite bonite et Jéjé une petite carangue également. Voilà, ça a relancé la journée. Des bancs de sardines provoque une intense activité en surface, mais il est compliqué de les suivre. Pour avoir une touche, il faut anticiper le mouvement du banc, et espérer que celui-ci réapparaisse à l'endroit ou le leurre tombe. Je refais une carangue, Vince aussi, quelques bonites également, puis un banc de dauphins venant taper dans les sardines calle les autres poissons. Christian nous remmène alors sur les pierres du matin, que nous allons réattaquer aux jigs, et également au vif. Il n'y aura pas besoin d'une longue dérive, puisqu'au bout d'une petite demi-heure, la canne au vif se met à cintrer. Jéjé, qui vient de remonter son leurre, saisie la canne que tenait Vincent et débute un combat tout en finesse avec l'aide de la canne à traine. "Non, moi, ça m'intéresse pas, à la limite si c'était une grosse sériole car j'en ai jamais fait" qu'il dit le Vince, mais merci de laisser vivre aux copains cette sensation que tu as connu ailleurs - et débute un combat tout en finesse avec l'aide de la canne à traine. Bing lui a passé le baudrier autour de la taille, et on profite du moment. Et qu'est ce qui fini par monter au bateau après un combat bien velu ??? Je vous le donne en mille Emile : une énorme sériole !!! Jérôme est dorénavant un sériole killer !!! On avait parlé de ce poisson avant de venir, et il avait flashé dessus. Pile poil !!! La séance photo a lieu rapidement et le poisson part rejoindre les grands fonds de suite. On retente le coup un gros quart d'heure, puis fin de la récréation, la journée est terminée. On remonte le vif, il en manque un bon morceau, un petit requin à priori. On rentre sur la plage heureux de cette journée. Des baleines quoi !!! Juste énorme !!! Et une sériole de dingue !!! Merci Christian !!!

Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso

Au repas du soir, pour la première fois de la semaine, ce n'est pas du poisson frais mais une entrecôte !!! Nicole n'a pas fini de nous demander de passer à table que nous sommes déjà assis avec couteau et fourchette en main avec Jérôme... Puis ce soir nous sommes seuls. Les amis bretons partent demain et passent la soirée à Samara. On prend le temps de parler... pêche... après le repas. Demain la journée ne sera pas physique, on pêche à la traine. Donc ce soir, on traine.

Jour 6, LE jour. Today is the day !!!

On part au large, 1000m de fond. Les gros n'ont qu'à bien se tenir !!! Je suis hyper confiant. Notre guide nous prouve tous les jours qu'il connait son coin, et aujourd'hui ne devrait pas déroger à la règle. Au jeu du tirage au sort, c'est moi qui gagne. J'aurai donc la première touche. Puis Damien la deuxième, Vince la troisième et Jéjé la quatrième. Deux cannes avec poissons morts sont tendues à 50m derrière, et quatre avec des leurres énormes à 20m du bateau. Ce sont des teasers sensés emmener le poisson dans le sillage de bulles du bateau, et ceux-ci se feront avoir par un des poissons morts qui traine en arrière. Seulement deux ou trois fois par an, les leurres sont attaqués. On risque à tout moment de voir un rostre sortir derrière un des appâts -confiant je vous dit !!! - et je reste à l'arrière du bateau à scruter la surface. Je rêve d'un espadon voilier depuis longtemps, et je tiens une vrai chance de combattre ce poisson, voir un géant type marlin si Mireille est là... Les vannes sur une dorade ou un thon de 2kg vont bon train, mais je suis inatteignable !!!

Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso

Durant la première heure, on aperçoit deux voiliers sauter au loin. Puis on aperçoit un bateau à l'arrêt. Un espadon saute dans tous les sens à proximité. Ça sent bon tout ça... Vers 9h30, d'un coup, le tangon de la canne à leurre de gauche lâche, et la bobine se met à se vider à toute vitesse. Christian met les gaz pour ferrer le poisson, et en arrière du bateau, à déjà prêt de 100m, on voit un gros poisson doubler un saut. Vince et Jérôme annoncent un marlin. La bobine se vide, Bing me passe le baudrier, je prends la canne, observe la bobine se vider en me demandant si ça va s'arrêter un jour. La bobine crache de plus belle. Puis d'un coup, plus rien. Je me mets alors à pomper en moulinant, Christian remet les gaz car le poisson a peut-être fait demi-tour, mais non, c'est fini. Il s'est décroché comme un grand. Je pose la canne, passe sur le devant du bateau, me roule une clope et m'assoit. Il va falloir la digérer celle-là... Cela va prendre la matinée... On savait qu'on risquait de partir pour une seule touche, un risque qu'on a couru tous les quatre. Et il s'est décroché. Si encore il avait fait quelques sauts devant le bateau histoire d'en prendre plein la vue. Mais non. C'est le genre d'émotion qu'on déteste. La pêche continue, et Damien se tient prêt à son tour. En fin de matinée, l'apparition d'un rostre fendant l'eau derrière les teasers provoque une émotion à bord. Mais rien de plus. La journée est longue, monotone, les échos à la radio sont mauvais. Christian nous avait prévenu... Et il aura rempli sa part du contrat en faisant mordre un poisson. Il nous raconte l'histoire de la prise d'un marlin d'environ 1000lbs l'année passée par deux jeunes effectuant leur première sortie au large. Environ 5.50m et 6h de combat, avant de couper le bas de ligne pour qu'il ne meure pas. Vers 15h, un wahoo fait sauter le tangon, mais loupe le leurre. Le bas de ligne est bien amoché. Puis retour au bord, on a essayé, on y est presque arrivé. Le trajet retour secoue pas mal, le vent s'est levé. Point positif du jour, avec Jérôme, on sait qu'on a pas le mal de mer !!! Mais on rentre trempés par les paquets de mer. Vincent nous avait conseillé avant de décoller d'emmener une veste de pluie au cas ou, mais nous avait déconseillé ce matin de les emmener... Bien vu l'artiste !!! Comme à l'aller, nous croisons la route de quelques dauphins. Voilà, demain, opération vengeance sur les coqs et tout ce qui voudra bien passer à portée. Pour notre dernier jour, faut qu'on fasse chanter les bobines !!!

On en verra pas plus...
On en verra pas plus...

On en verra pas plus...

Au retour, petit arrêt avec Clarisse au supermarché de Samara, et petite ballade dans les boutiques de souvenirs.

Bienvenido al paraíso

Voilà, l'aube se lève sur notre dernier jour de pêche. Même pas eu le temps de bronzer vu la crème solaire qu'on a mis toute la semaine. La journée d'hier a été frustrante, donc on est à fond de suite. Ça tombe bien, les moteurs sont à peines lancés que Christian amorce une dérive et nous dit de lancer des poppers pour chercher un poisson de roche ou pourquoi pas un joli coq. J'ai armé un nouveau popper la veille en me couchant, car il est très joli. C'est important ça, que le leurre soit joli !!! Je le monte donc, mais l'animation est bizarre, je ne suis pas un expert, et peine à le faire popper correctement. Au troisième lancé, j'en ai marre, je décide de le changer dès que je l'aurai ramené. Je m'applique quand même sur la récupération, m'assurant d'être régulier et pas trop rapide pour une éventuelle carpe rouge, et je vois d'un coup une grande crête fendre la vague derrière mon leurre. Je garde le rythme, et l'attaque est directe. Pas de chichis, double ferrage et la bobine se met à cracher de suite. C'est bon ça !!! Un gros coq pour commencer la journée !!! Je sens que la poisse d'hier m'a abandonné, et j'essaye de lui rendre la vie un tantinet moins facile. Et sur la canne de 50lbs, on est plus à l'aise sur ce genre de poisson. Je vais prendre bien cher, comme il faut, mais il finira par venir taper une pause rapide dans mes bras !!! C'est parti, la pêche est ouverte !!!

Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Le voilà mon joli gallo !!! Tout le monde a fait le sien, mission coqs réussie !!!

Le voilà mon joli gallo !!! Tout le monde a fait le sien, mission coqs réussie !!!

 

Enfin, pas très longtemps puisque nous avons un contrôle des gardes côte. Le deuxième en 15 ans... Suite à ça, on se pose au dessus de plusieurs pierres, que nous attaquons au jig ou en surface avec nos gros poppers. Une carpe rouge loupe celui de Jérôme, c'est moche. Puis on attaque plusieurs plages sans rien voir. Décidemment, ce n’est pas si simple. Une grande pointe rocheuse autour de laquelle on tourne va provoquer quelques touches. Une casse sur roche pour Vince, plusieurs décroches pour Damien, une carangue bleue qui suit mon leurre sans attaquer... Bref, rien de reluisant, mais suffisant pour nous garder en pression. Christian nous propose alors deux solutions pour le reste de la journée. Ou on se pose sur des pierres au vif, avec de réelles chances de faire un gros mérou ou une rouge, ou on retourne sur le secteur chaud du début de semaine, sachant que la veille, le Nicole y était, et il avait l'air vide. Mais nous, on est là pour pêcher, alors direction le secteur chaud !!! Y'a pas de raison !!!

Effectivement, c'est moins la fête du slip que ce qu'on a connu, mais après une heure de pêche dans le vide, une chasse apparaît au loin. On fonce dessus, et les leurres tombent à peine dans l'eau qu'on prend plusieurs touches. Christian appelle Beto au téléphone pour le prévenir que le secteur est encore habité par des coqs, mais on ramène plusieurs petites carangues. Le vent commence doucement mais sûrement à forcir, et l'arrivée du Nicole provoque une concurrence négative car les chasses sont petites et le vent provoque des dérives rapides. Compliqué de placer deux bateaux correctement dans ces conditions là. Mais on s'applique du mieux possible, et Vince sort son épingle du jeu, prenant pas mal de petites carangues et spanish maquerels. Pour ma part, je décroche deux coqs et en loupe un troisième. Jéjé fait une carangue, et Dams quatre. Mais les suivis ont été légion. Chaque lancé ramenait un groupe de poissons au bateau, sans provoquer d'attaque la plupart du temps. On a même vu un banc immense de carangues dans les vagues devant nous, réellement impressionnant !!! On aurait pu faire mieux, mais vers 13h, Jérôme s'effondre un orteil sur le tuyau d'alimentation de gasoil en récupérant sa canne. Les vagues commencent à nous balloter sérieusement, et comme toujours en cas de vent, Jérôme fini par abandonner. Vers 14h, c'est mon tour. Les vagues m'ont réduit le dos en charpies, je ne sais plus comment faire autrement qu'assis pour me soulager. Et pêcher à 3 ou 4 dans le bateau avec du vent de travers est compliqué. Damien et Vincent ne lâchent rien, espérant un dernier gros poisson dans ces grosses vagues, mais Christian appelle Beto, et vers 14h20, tout le monde reprend la route de playa Samara. Le temps de navigation est doublé pour le retour à cause des vagues, et du début à la fin, on aura l'impression de recevoir toutes les dix secondes des pleins seaux d'eau de mer dans le visage... Le vent nous glace, et on est content d'arriver. Voilà, c'est fini. Christian nous a fait vivre une semaine de pêche extraordinaire, à notre niveau en tout cas !!!

Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso

Je parlerai bien de la dernière soirée, mais non. Le dernier matin, on est debout et au petit déj à 5h30 alors qu'on part à 9h00. Histoire de voir une dernière fois se préparer une sortie en mer, et d'encourager ceux qui nous succèdent. Juste avant de partir, un colibri vient nous voir, cet endroit ressemble vraiment au paradis !!! Le minibus arrivant, on quitte les tongs et les shorts à regret. C'est parti pour 36h de voyage retour. J'espère que vous avez pris plaisir à lire notre aventure, nous, on a pris notre pied à la vivre !!! Je tenais à faire quelques remerciements pour clore correctement ce récit :

_ Merci à Christian, Clarisse et leur fille Nicole pour nous avoir permit de vivre notre rêve de la plus belle des façons chez eux !!! Un petit up en plus pour Christian pour sa patience et sa bonne humeur continuelle. Buena Vista Fishing !!!

_ Merci à Bing, forcément.

_ Merci à DHD Laïka d'avoir gérer l'organisation de ce voyage de main de maître !!! La pêche assistée ça peut être utile quand on part de l'autre coté du monde pour si peu de temps !!!

_ Merci à Illex pour les cannes !!! C'était exactement ce qu'il nous fallait, et on a pris notre pied pendant chaque combat !!!

_ Merci à Yann Giulio pour le matos qu'il nous a prêté, et les nombreux conseils fournis avant notre départ !!!

_ Merci à Vincent pour tous les coups de mains sur le bateau !!! Et pour sa bonne humeur à chaque moment. Ayant déjà pas mal pêché en mer, il nous a laissé souvent pêcher alors qu'il patientait tranquillement dans le bateau !!! Erwan peut être fier de toi !!! A l'occasion, il est guide de pêche dans le département de l'Aube au moulin de Sauvage, donc n'hésitez pas à faire appel à ses services, il a quelques compétences à partager !!!

_ Merci à nos familles qui nous laissent vivre notre passion. Costa Rica, tu me reverras, et pas seul !!!

_ Merci aux poissons qui sont venus nous voir, désolé pour ceux qui sont restés définitivement avec nous, et que le plus grand des hasards nous a permit de recroiser le soir à table...

PURA VIDA

Anthony

Bienvenido al paraíso
Bienvenido al paraíso

Partager cet article

Repost 0
Published by Aub' Bord de l'Eau - dans VOYAGE
commenter cet article

commentaires

Présentation

Qui Sommes Nous ?

  • Aub' Bord de l'Eau
  • Votre magasin multipêches, situé dans la périphérie de Troyes (10), à Saint Parres aux Tertres. Situé à 18km des lacs de la Forêt d'Orient dont nous sommes de fervents utilisateurs. Spécialisés dans la pêche des carnassiers, et plus particulièrement du brochet, ainsi que dans la pêche de la carpe, vous trouverez également tout ce qu'il vous faut pour pêcher en float tube, équiper votre bateau, pêcher les petits carnassiers - truites, perches, chevesnes... - pêcher au coup, en carpodrome ou à la mouche. Même un petit rayon mer pour les futurs vacanciers. Nous distribuons de nombreuses cartes de pêche. N'hésitez pas à nous contacter pour le moindre renseignement sur la pêche dans le département !!!
  • Votre magasin multipêches, situé dans la périphérie de Troyes (10), à Saint Parres aux Tertres. Situé à 18km des lacs de la Forêt d'Orient dont nous sommes de fervents utilisateurs. Spécialisés dans la pêche des carnassiers, et plus particulièrement du brochet, ainsi que dans la pêche de la carpe, vous trouverez également tout ce qu'il vous faut pour pêcher en float tube, équiper votre bateau, pêcher les petits carnassiers - truites, perches, chevesnes... - pêcher au coup, en carpodrome ou à la mouche. Même un petit rayon mer pour les futurs vacanciers. Nous distribuons de nombreuses cartes de pêche. N'hésitez pas à nous contacter pour le moindre renseignement sur la pêche dans le département !!!

 1,01M 7KG

Recherche

Nos Photos Et Nos Videos

Catégories

JeromeforêtOrientP1060342net